Après le Nutella, les clients de cet Intermarché s’arrachent des couches-culottes à -70%

Le Nutella, il ne faut pas en abuser sous peine d’avoir quelques petits soucis d’ordre digestif. Hasard ou non, après les scènes d’empoignades provoquées par les rabais sur la célèbre pâte à tartiner dans les magasins Intermarché, c’est au tour des… couches-culottes de provoquer des émeutes dans un scénario aussi hystérique que surréaliste.

Après les promos de -70 % sur les pots de Nutella, c’est au tour d’une promotion de -70 % sur le paquet de couches Pampers de provoquer la folie de consommateurs avides, dans l’Intermarché de Metz Vallière.

Des paquets de couches Pampers vendus dans les rayons d’une grande surface / Lutsenko Oleksand, Shutterstock

Et pour cause, la promotion en question faisait passer le prix du paquet de couches de 23,95 euros à 7,18 euros !

Dans les colonnes du quotidien régional Le Républicain Lorrain, qui a signalé les faits, la gérante du magasin raconte des scènes de chaos :

« C’était l’horreur ! C’est devenu ingérable. Environ 250 personnes étaient présentes à l’ouverture spécialement pour acheter des couches. Des femmes se sont battues, nous avons été contraints d’appeler les forces de l’ordre. Le personnel était à bout », témoigne-t-elle. Une cliente, présente sur les lieux en fin de matinée, renchérit : « A 8 h 40, il ne restait plus rien. J’ai vu des femmes en venir aux mains. C’est incroyable. Les paquets ont par la suite été limités à un par personne. »

12877301235a707fd1af30b_pampeurs

Dans le cadre de son opération commerciale « les quatre semaines les moins chères de France », la chaîne de grande distribution Intermarché brade des produits de consommation quotidienne à prix très réduits. Outre le Nutella et les couches Pampers, du café moulu de marque Carte Noire a également été proposé à la vente avec une promotion exceptionnelle. L’opération commerciale de la chaîne de magasins a déjà donné lieu à diverses scènes d’émeutes, et a conduit la Répression des fraudes (DGCCRF) à ouvrir une enquête.

Demain, mercredi 31 janvier, un nouveau projet de loi, issu des états généraux de l’alimentation, doit justement être présenté pour encadrer la grande distribution, et notamment les promotions dans les grandes surfaces. Ces dernières seraient obligées de revendre les produits en les majorant au minimum de 10 % du prix d’achat, pour couvrir au minimum les frais de logistique et de transport.

En attendant, la promotion sur les couches Pampers sera reconduite demain matin à l’Intermarché de Metz Vallière, annonce Le Républicain Lorrain… avec cette fois la présence exceptionnelle des forces de l’ordre, pour éviter tout débordement.