Avoir la chair de poule en écoutant de la musique est le signe d’un cerveau différent

Dans les transports en commun, en voiture, durant une sortie ou dans un restaurant, la musique nous accompagne partout. Cette dernière est un art permettant à l’homme d’exprimer ses sentiments grâce aux sons et aux mélodies. Effectivement, nous ressentons diverses sensations comme la joie, la tristesse et la chair de poule lorsque nous écoutons une de nos chansons favorites.

la-chair-de-poule-est-un-mecanisme-mis-en-place-il-y-a-des-milliers-d-annees-pour-empecher-le-corps-de-nos-ancetres-de-se-refroidir_66194_w460D’ailleurs, l’une de ces sensations est bien particulière, la chair de poule. C’est cette sensation de frissons qui traverse le corps et qui hérisse nos poils. Mais pourquoi faisons-nous face à ce phénomène lorsque nous écoutons de la musique ? Découvrez la réponse ci-dessous et le lien entre cette stimulation physique et les fonctions cérébrales.

La chair de poule au moment d’écouter une musique

Avoir la chair de poule au moment d’écouter une musique spécifique est un fait que l’on pense assez banal, pourtant ce n’est pas le cas. C’est pourquoi, Matthew Sachs, un ancien étudiant de Harvard, a souhaité découvrir comment ce sentiment se déclenche.

Il s’est intéressé à un échantillon de 20 étudiants. La moitié a admis avoir éprouvé des sensations en écoutant de la musique alors que les 10 autres étudiants n’ont rien ressenti. Dans le cadre de l’étude, les participants ont passé un scanner durant leur écoute musicale. C’est alors que Matthew Sachs a découvert que ceux qui ont une relation émotionnelle et physique avec la musique ont des structures cérébrales différentes de ceux qui ne ressentent rien. Par ailleurs, cela montre également que les fibres nerveuses de ces personnes ont un volume plus dense qui permet de relier le cortex auditif et les zones cérébrales afférentes aux émotions.

Cette étude démontre donc que si vous avez des frissons ou la chair de poule lorsque vous écoutez de la musique, vous êtes plus susceptible de ressentir des émotions intenses. Évidemment, ces sensations peuvent aussi être liées à des souvenirs associés à une chanson en particulier, chose qui ne peut être contrôlée scientifiquement.

En outre, Matthew Sachs axe aussi ses recherches sur l’enregistrement de certaines réactions dans le cerveau lors de l’écoute de la musique afin d’en savoir plus sur les causes neurologiques de ces ressentis afin de s’en servir davantage dans différents traitements médicaux.

La musicothérapie

En effet, au-delà d’être un plaisir, la musique permet également de traiter diverses maladies comme la schizophrénie, les troubles de l’humeur et la dépression. En effet, la musicothérapie est une thérapie qui consiste en l’utilisation de la musique et de tout ce qui englobe le sonore (bruits, sons, voix, silence et souffle) dans l’optique d’établir ou de rétablir les canaux de communication, avec soi et les autres, pour une réinsertion sociale sereine. Elle fait appel à l’écoute des sons ou des musiques enregistrés, à l’expression par les instruments de musique et à l’interprétation et la composition de musiques.

La musicothérapie se divise en deux formes dont :

La musicothérapie réceptive
La musicothérapie active
L’une est axée sur l’audition tandis que l’autre est axée sur la production sonore. Toutefois, il est possible d’associer les deux techniques.

Au même titre que l’activité physique, la musique induit des effets neurochimiques positifs. Par conséquent, elle favorise la guérison de la dépression en permettant au patient de retrouver de la joie et d’interagir avec autrui.

En groupe ou individuellement, la musicothérapie s’illustre par le chant, le jeu sur les instruments, la composition et l’écoute musicale. C’est donc un moyen ludique de se sentir mieux dans sa peau tout en développant ses capacités créatives !

 

Source: santeplusmag.com