Une femme intelligente boosterait la santé d’un homme

Partager sa vie avec une femme intelligente ne permettrait pas seulement à son partenaire de se sentir tiré vers le haut, cela lui assurerait également une meilleure santé mentale.

Source: francais-express.com
Source: francais-express.com

Avis aux hommes à tendance hypocondriaque ou tout simplement soucieux de l’avenir de leur santé mentale. La science semble avoir enfin trouvé un remède efficace pour réduire les risques d’être atteint de la maladie d’Alzheimer : leurs femmes. Certes, une hygiène de vie saine et une vie sociale active aident à conserver les neurones plus longtemps en forme, à mesure que l’on vieillit. Mais le choix de leur moitié aura également un effet sur la perte de mémoire de ces messieurs, d’après le Dr. Lawrence Whalley, professeur à l’Université d’Aberdeen, en Ecosse, et expert mondialement connu sur la question du vieillissement du cerveau.
Conserver un esprit vif grâce à la stimulation intellectuelle

Présent lors du Oxford Literaly Festival, le spécialiste a fait part d’une recherche révélant un lien entre un homme partageant leur vie avec une femme intelligente et ses chances de se voir affecté par la maladie d’Alzheimer. En effet, la stimulation intellectuelle fournie par sa partenaire aiderait l’homme à éviter les pertes de mémoire et à conserver de bonnes capacités cognitives, ce qui ferait barrage à la maladie.

Bien que pionnier dans la mise en corrélation entre l’intelligence du partenaire et la réduction de risque de contracter Alzheimer, le professeur n’est pas le seul à avoir découvert qu’une stimulation intellectuelle était bonne pour notre mémoire. Une étude chinoise réalisée dans toute l’Asie occidentale avait déjà pu constater que les personnes évoluant dans un environnement stimulant intellectuellement conservaient généralement une meilleure santé mentale que les autres. Une seconde étude datant de 2008 avait également relevé un lien entre le niveau d’éducation et le risque d’être atteint de la maladie d’Alzheimer. L’hypothèse, selon les chercheurs, c’est qu’un bon niveau d’éducation va généralement de pair avec une stimulation intellectuelle.

Evidemment, on ne choisit pas sa moitié selon qu’elle constitue ou non un bon rempart face à la maladie. Il n’empêche que si cela peut nous permettre de conserver l’un comme l’autre l’esprit vif en vieillissant, voilà un paramètre intéressant.

Source: terrafemina